La conduite autonome de niveau 3 désormais autorisée en France

conduite autonome

En début d’année, l’Organisation des nations unies (ONU) a adopté un amendement à la Convention de Vienne de 1968 modifiant le principe de la responsabilité en cas d’accident. Cet amendement prévoit que la conduite peut être déléguée à un système de conduite automatisé qui satisfait toutes les conditions de sécurité que ce soit au niveau technique ou de respect du Code de la route.

En cas de défaillance technique du véhicule, la responsabilité de l’accident est imputée au constructeur ou à l’équipementier et non plus au conducteur. Cette modification de la Convention de Vienne ouvre la voie à la circulation des véhicules autonomes sur le réseau routier public.

Conduire « sans les mains », sous certaines conditions
Si le niveau 2 de conduite autonome oblige le conducteur à garder le volant en mains, même si celui-ci bouge tout seul, guidé par le suivi des lignes de la route et aidé par le régulateur adaptatif de vitesse, le niveau 3 permet de véritablement lâcher le volant et de laisser la voiture piloter seule pendant que le conducteur fait autre chose.

La France avait déjà modifié son Code de la route l’an dernier pour permettre aux véhicules équipés d’une autonomie de niveau 3 de rouler à partir du 1er septembre 2022 sur le réseau français.

Ainsi, il est désormais possible de déléguer intégralement la conduite à la voiture, puisqu’il n’est plus obligatoire de garder les mains sur le volant et de surveiller la route. Cependant, cela ne peut s’effectuer que dans certaines conditions :



  • la voie de circulation ne doit pas être fréquentée par des piétons
  • la voie doit obligatoirement être équipée d’une séparation centrale entre les deux sens de circulation.
  • la vitesse est limitée à 60 km/h
  • le conducteur doit être en mesure de reprendre le contrôle à tout moment.

Pour avoir recours à la conduite autonome, il est nécessaire que le véhicule soit équipé de cette technologie de niveau 3 ! C’est là que le bât blesse. Très peu de véhicules la proposent à l’heure actuelle et ceux qui le proposent (comme la Mercedes Classe S et EQS), sont des véhicules Premium qui ne sont pas à la portée de toutes les budgets. La fin des auto-écoles n’est pas pour tout de suite…

Partenaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici