CPF moto : vers un durcissement des conditions d’accès ?

11
2737
CPF permis moto

Depuis le 12 janvier, le compte personnel de formation (CPF) permet de financer les permis deux roues. Alors qu’il suffit d’une attestation sur l’honneur pour constituer son dossier, de nombreuses dérives ont été constatées. Ces dérives risquent de donner lieu à un durcissement des conditions d’accès à ces formations dans les mois qui viennent.

11 000 dossiers en moins d’un mois

Dès le 12 janvier, les moto-écoles se sont empressées d’ajouter des offres de formation au permis moto sur EDOF et de communiquer massivement sur le sujet. Moins de 15 jours plus tard, le journal Les Échos publiait un premier article intitulé « Permis moto : la nouvelle aubaine du CPF » dans lequel il était indiqué :

Alors qu’il n’est éligible au CPF que depuis le 12 janvier, le permis deux roues a connu un démarrage digne du Bol d’or : seconde certification la plus demandée depuis, avec 7.000 dossiers validés pour 7 millions d’euros. Il a même ravi la pole position au permis voiture durant la troisième semaine du mois, selon des chiffres auxquels « Les Echos » ont eu accès.

Un reportage vidéo paru hier, 7 février, au Journal de 20h de France 2 évoquait le chiffre de 11 000 dossiers, en moins d’un mois (source DGEFP)

Les organisations patronales demandent un encadrement

Face à cette explosion du nombre de demandes, les organisations patronales redoutent un effet d’aubaine. Elle veulent avoir leur mot à dire, car les entreprises financent une partie du CPF. François Asselin, le président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), souhaite la mise en place d’un contrat tripartite entre « l’organisme de formation qui fait passer le permis, la personne qui veut utiliser son CPF et surtout l’entreprise. » Il demande à ce que « les trois valident que la formation est bien liée à un projet d’ordre professionnel. »

Les auto-écoles n’ont ni les moyens (ni souvent l’envie) de s’assurer que la formation au permis moto / remorque s’inscrit bien dans un projet professionnel. Cette proposition permettrait d’aller au-delà de la simple attestation sur l’honneur, qui n’a aucune valeur légale, et de protéger davantage les auto-écoles et les stagiaires en cas de contrôle.

Des durcissements à prévoir

Selon nos informations, des réflexions sont actuellement en cours au sein de la DGEFP et au Ministère du Travail, afin de limiter les abus. Plusieurs pistes de travail sont sur la table :

  • l’instauration d’un « reste à charge », selon des modalités à définir. Il ne s’agit pas d’une idée nouvelle, puisque nous vous en parlions déjà en décembre 2022. Les élèves mobilisant leur compte personnel de formation pourraient avoir à financer soit un montant fixe soit un pourcentage du prix de leur formation ;
  • seconde option à l’étude, ne permettre la mobilisation de son CPF que pour le passage d’un « premier permis », qu’il s’agisse du permis auto ou moto. Si cette option est retenue, les personnes déjà titulaires d’un permis B ne pourraient pas mobiliser leur CPF pour passer le permis moto. Les permis du groupe lourd ne seraient pas concernés.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés si l’une de ces deux options venait à être retenue.


11 Commentaires

  1. Foutez la paix au gens non de dieu, toujours en train de pleurer en France! Si on veux profiter de notre CPF pour faire une formation qui n’a rien a voir avec notre métier on doit pouvoir!

  2. Je trouves ça normal de réglementer et de fliquer ça. Je suis motard et déjà, tout comme les conducteurs, les 3/4 ne savent pas conduire. Dépassements des véhicules comme des sauvages ou proche des intersections, interfile au dessus de 50kmh, slalom, vitesse excessive en ville, etc etc
    Vous voulez encore plus de cons en 2 roues qu’il y en a déjà ?
    Le permis 2 roues doit rester un accès limité, accessible à un certains âge et surtout après un certains temps passé en permis B pour connaître les pièges de la route en les ayant vécu avec 4 roues et un carénage et non en écoutant les témoignages YouTube des jeunes motards.

  3. Bonjour.
    Je suis tout à fait d’accord avec Bot. Je ne suis pas motard et je sais que les conducteurs de voitures ne sont pas irréprochables (loin de la) mais, comme Bot, je constate des conduites absolument anormales de certains 2 roues. Et quad on constate le nombre de décès de motards, je n’aimerais pas mes fils profitent du CPF pour passer un permis auquel ils n’ont jamais pensé ! Incroyable ce type de décisions. Si un salarié a besoin du permis auto ou moto dans le cadre professionnel, pas de souci bien au contraire mais pas pour augmenter le nombre de débiles sur nos routes. Et chapeau à tous les motards respectueux car je comprends que ce doit être difficile de tout respecter. Cordialement.

  4. avec ou pas le cpf je serrait sur 2 roue a passe 50ans je ne suis pas comme tous les débile qui font n’importe quoi en ville ou sur autoroute respect aux ( vieux ) camarade motard ✌

  5. Le CPF est un CFP « Compte Formation Professionnel » et non pas un CFL « Compte Formation Loisir »; tout le monde sait que la très grande majorité des demandes pour une formation moto ne le sera pas pour raison professionnelle dans les faits et que très peut le sera pour les déplacements domicile travail; alors que l’on cesse cette hypocrisie avec cela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici