Sécurité routière : une invention qui améliore la visibilité des jeunes conducteurs la nuit

2

Mis en place en 1994 par le gouvernement, les disques « jeune conducteur » et « conduite accompagnée » sont aujourd’hui obligatoires. Apposé à l’arrière de la voiture, ils signalent aux usagers que le conducteur au volant est encore soumis aux règles du permis probatoire ou bien qu’il est encore en plein apprentissage.

Magnétiques ou autocollants, ces disques ont très peu évolué en 25 ans. Pourtant, les mesures en terme de sécurité routière et les comportements sur la route ont, eux, considérablement changé.

Thomas Marionneau, un étudiant de 21 ans, a récemment apporté un souffle nouveau à ces disques. Une nuit, alors qu’il suit la voiture de son frère, Thomas s’aperçoit que le disque « conduite accompagnée » de ce dernier est à peine visible malgré l’éclairage de ses feux. Étonné par la dangerosité de la situation, il imagine alors des disques visibles de nuit. Si l’idée paraît simple, aucun disque de ce type n’avait été commercialisé avant. Un an et demi plus tard, le projet aboutit et les premiers disques sont mis en vente sur son site internet.

L’enjeu principal pour Thomas Marionneau est d’améliorer la visibilité des jeunes conducteurs et de renforcer la sécurité de tous les usagers de la route. Il rappelle d’ailleurs que 43% des accidents mortels se produisent de nuit et que la majorité des victimes d’accident la nuit ont entre 18 et 25 ans. Confiant, il reçoit déjà d’excellents retours de la part des principaux acteurs du secteur.

Pour les auto-écoles qui souhaiteraient se munir de ces disques, ils sont disponibles sur commande via l’adresse e-mail contact@disquesreflechissants.fr. Disponibles en version adhésive et magnétique depuis le 1er mars 2017, les disques réfléchissants connaissent déjà un franc succès!

2 COMMENTS

  1. Bonne idée ! Belle initiative que j aimerais bien soutenir via les cadeaux qu’on peut faire un jeunes permis !
    Y a t il un site internet ou peut on les contacter uniquement via email ?
    Merci pour l’article et pour votre site que je commence à suivre …
    Mica D’agostino

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here