Nouvelle polémique sur les taux de réussite : quelques éléments d’analyse

7

Les taux de réussite 2015 du permis de conduire ont été publiés par le ministère de l’Intérieur, fin 2016. L’association UFC-Que Choisir a mené une enquête et a pu observer des écarts considérables entre les taux de réussite officiels et ceux qui sont communiqués par les auto-écoles. PermisMag essaye de décrypter cette enquête.

Le constat : des écarts importants entre les taux calculés par les auto-écoles et les taux « officiels »

En ce qui concerne le code de la route, 63% des auto-écoles mettent en avant des  taux de réussite allant jusqu’à 5 points supplémentaires par rapport aux résultats officiels. Pour l’examen du permis de conduire, UFC-Que choisir note que 69% des auto-écoles qui affichent des taux supérieurs à ceux calculés par la préfecture. Certaines auto-écoles vont plus loin et 18% des auto-écoles affichent ou mettent en avant des taux de réussite avec une différence de 20 points.

Enfin, 89% des auto-écoles qui possèdent un taux de réussite inférieur à 50% vont communiquer des taux de réussite erronés qui peuvent avoir une différence allant jusqu’à 20 points par rapport aux taux réels.

Les sources d’écarts : quelques éléments d’explication

Cette enquête pose plusieurs questions. Loin d’accuser toutes ces auto-écoles de manipuler sciemment leur taux de réussite, essayons de comprendre l’origine de ces écarts :

  1. D’un point de vue méthodologique, tout d’abord, les préfectures et le Ministère de l’Intérieur calculent les taux de réussite toutes présentations confondues. Les auto-écoles qui publient des taux différents n’utilisent peut-être pas le même mode de calcul ;
  2. Les taux de réussite « officiels » sont calculés par rapport aux élèves présentés sur le numéro d’agrément de l’auto-école, ils ne tiennent pas compte des échanges de places d’examen entre établissements ;
  3. Les taux de réussite officiels sont parfois faussés en cas de changement de numéro d’agrément en cours d’année. Une auto-école qui change d’agrément en cours d’année aura deux taux de réussite différents. Pour connaître le taux de réussite réel, il convient de procéder à un retraitement à partir de ces différents taux ;
  4. Enfin, nul n’étant infaillible, il arrive que les taux de réussite « officiels » présentent des erreurs… heureusement assez rares.

Le fin mot de l’histoire… 

De son côté, UFC-Que choisir n’entend pas en rester là :
« Soucieuse de préserver les consommateurs des effets néfastes d’une surestimation par les auto-écoles de leurs  taux de réussite aux examens du permis et de leur permettre en toute connaissance de cause de choisir les professionnels qui les formeront, l’UFC-Que Choisir :
– Saisit la DGCCRF pour l’informer des résultats de son analyse comparative et lui demander de procéder à des enquêtes sur le terrain pour sanctionner les auto-écoles défaillantes ;
– Demande à nouveau la mise en place d’une information écrite obligatoire par les auto-écoles de leurs taux de réussite aux examens du permis de conduire. »

Chez vroomvroom.fr, [membre du groupe auquel appartient PermisMag. NDLR] la position est claire : les taux de réussite sont un élément à prendre en compte, parmi beaucoup d’autres, dans le choix d’une auto-école. Comme il a toujours été dit, ces taux doivent être pris avec précaution et ne reflètent pas de manière parfaite la qualité d’enseignement d’une auto-école. C’est pourquoi VroomVroom met surtout en avant les avis certifiés de candidats. Car finalement, au delà des taux de réussite : l’important n’est-il pas, pour une école de conduite, d’avoir des élèves satisfaits ?

Partenaire

7 COMMENTS

  1. Bonjour
    Pour eviter toute polemique la solution est de mentionner sur les demandes de renseignements le fait que ces resultats sont visibles sur vroomvroom.fr et codeclic.fr
    Mais il n y a pas un lien reel entre l information du taux et la decision d inscription. L element declencheur de l inscription reste l aura des anciens apprenants, et la capacite de communication des secretaires…..en pointille les horaires et le materiel
    Le taux de reussite dit statistiques ne peut egaler la sensation de la volonte de faire reussir que garderont les nouveaux conducteurs ……”vouloir, pouvoir” a ne pa confondre avec “vouloir le pouvoir” en ces temps d election
    Jean

  2. Le taux de réussite est un critère très partiel, qui ne reflète pas une réalité :
    comment sont traités les taux de réussite d’une auto-école disposant de plusieurs agréments ? Est-il possible de regrouper les meilleurs élèves pour ensuite ne communiquer QUE sur ce meilleur taux ?
    Fait-on la différence entre une auto-école placée à côté du lycée automobile (vous savez, les élèves qui sont parfois déjà titulaire du permis poids-lourd !!!) et une auto-école qui accepte des élèves du C.A.T (Centre d’aide par le travail) ?
    Fait-on la différence entre les auto-écoles qui sélectionnent leur clientèle et celles qui acceptent même les autistes ?
    Fait-on la différence entre les établissements qui imposent des dizaines et des dizaines d’heures supplémentaires, de celles qui acceptent de présenter des élèves en 20h dès lors qu’ils sont prêts ?
    Mais surtout …
    Puisque l’UFC veut nous rendre responsable du taux de réussite des élèves, nous autorise-t-elle à sélectionner nos clients, à refuser de présenter les élèves que nous jugeons non-prêts ??? (comme le font les établissements scolaires ?)

    • Bonjour,
      Une auto-école disposant de plusieurs agréments est libre de choisir les élèves qu’elle présente sur chaque agrément et de “fausser” ainsi ses taux de réussite. Certains gérants peu scrupuleux (mais heureusement rares) choisissent même d’ouvrir un bureau secondaire pour quelques années et de concentrer sur ces bureaux les élèves les moins doués… avant de le refermer et de rouvrir un nouveau bureau à quelques rues de là! Heureusement, ces pratiques se voient et ne durent qu’un temps.

      Indiquer le nombre d’heures moyen effectué dans chaque établissement est une idée intéressante, cela permettrait d’accroître la transparence et l’information des futurs candidats qui pourrait ainsi réellement baser sa décision en prenant en compte le coût que va représenter sa formation (d’une part) et ses chances de succès (d’autre part)… en revanche, il est peu probable que tous les établissements soient prêts à communiquer ces informations 🙂

  3. bonjour,
    je rebondis sur votre article qui met en évidence que les taux officiels peuvent variés de celui-ci des auto-écoles qui prennent en compte les échanges de places entre établissements et les “dons” voir ” les ventes de places”!!!!!
    Pour éviter toute mauvaise interprétation du taux de réussite, il faudrait tout simplement interdire l’échange de places entre auto-écoles en ayant pour obligation de rendre à l’administration les places non utilisées.
    Plusieurs effets bénéfiques à la profession :
    les auto-écoles travaillent avec leurs vraies places acquises grâce à leur travail et à leur taux de réussite non avec celles des autres……
    La restitution des places est gérées directement par l’administration qui distribue ces places auto-écoles enlevant doute de “commerces” de places.
    C’est peut-être un moyen pour assainir cette profession qui part à la dérive depuis plusieurs années…..
    On pourrait également parler:
    les formations AAC sans rvp………..
    attestations125 cm3 remise sans formation……..
    attestations A2/A remise sans formation………….
    les frais de transfert qui continuent…………
    les frais de restitution qui continuent……….
    il est grand temps de faire des contrôles et qu’ils soient suivis de sanction enfin…………..

    • Bonjour Thierry,
      Merci pour votre commentaire. Nous sommes tout à fait d’accord avec les points que vous soulevez. Les pratiques que vous dénoncez sont illégales et doivent être combattues, en particulier la vente des places d’examen entre établissements… Mettre fin à ces pratiques réglerai (en partie) les écarts de taux constatés entre les taux “officiels” calculés par la préfecture et les taux calculés et affichés par certains gérants. Pour ce qui est des frais administratifs et des frais de restitution, les auto-écoles qui ont recours à ces pratiques s’exposent à des contrôles de la DGCCRF et à de lourdes sanctions. Bonne journée,

  4. Quelques réflexions :
    – Si l’auto-école présente un taux de réussite sur une période différente ? 2 mois, 2 ans …
    – Taux de réussite en 1 ère présentation ? et les autres présentations ? taux en 2ème ; 3 ème …
    – si une auto-école a une majorité de conduite Accompagnée ?
    – les auto-écoles ont-elles toutes le même public ?
    – Faut-il une sélection des élèves à l’inscription ? comme dans certaines écoles ?
    – Si l’élève à déjà passé 5 fois dans une auto école et qu’il transfert son dossier dans une autre auto école ? est-elle pas bien classée car il réussi en 1 fois, mais à la 6 ème présentation !!!
    – Sélection des élèves avant de les présenter à l’examen ? (interdit … voir injonctions de la DGCCRF)
    – le taux de réussite de réussite peut-être faussé, en ne présentant que les élèves qui font moins de 3 fautes et inciter les autres à se présenter en candidat libre.
    – Une auto-école qui a 70 % de taux de réussite avec des présentation après 50 heures ou une auto-école qui a un taux de 60 % avec une moyenne de 25 heures ?
    – une auto-école présente 2 candidats et à un taux de 100 % ; une autre qui présente 400 candidats et un taux de 80 % ???
    – une auto-école qui en dépanne une autre et que ces élèves échouent
    – une auto école qui prévoit 2 examens inclus dans son forfait. L’élève pas prêt veut tenter puisque ça lui coûte rien !!!
    – l’examen étant gratuit (hors frais d’accompagnement s’il y a lieu) pourquoi pas tenter sans se former.
    – …
    Le taux de réussite, comme l’affichage des prix … ne veulent rien dire sans explication.
    JC

    • Bonjour Jean-Claude,
      Vous avez raison, le taux de réussite sont à relativiser et à expliquer. Chez PermisMag, cela a toujours été notre avis! Attention tout de même à ne pas tomber dans l’excès inverse en voulant tout relativiser.

      Lorsque l’on prend les auto-écoles dans leur globalité, elles ont toutes une certains nombre d’élèves doués (qui vont réussir code et conduite au premier passage) et des élèves moins doués. Le taux de réussite est une indication, il indique une “tendance” lourde… il ne doit être comparé de manière objective (entre auto-écoles du même secteur, de taille comparable, etc). Comme vous le dites très justement, le taux d’un établissement qui présente 400 candidat ne doit pas être regardé de la même manière que celui d’une auto-école ouverte dans l’année qui va présenter moins de 40 candidats.

      Chez vroomvroom.fr, [membre du groupe auquel appartient PermisMag] nous avons pris le parti d’inclure un message explicatif afin d’inviter les personnes consultant ces taux à ne pas baser leur décision uniquement sur ce critère.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here