Appréhender la conduite avec de mauvaises conditions météorologiques !

0

L’hiver s’installe et il est parfois difficile d’appréhender la conduite en fonction des conditions météorologiques. Avec l’expérience, les conducteurs considèrent souvent qu’ils arrivent à maîtriser leur véhicule en toutes circonstances mais c’est faux. La majorité des conducteurs ne changent pas leur façon de conduire en cas de conditions météorologiques difficiles car ils ne le jugent pas nécessaire ou ne savent pas de quelle façon appréhender la route.

Comment appréhender la conduite en cas de pluie ?

Lorsque la chaussée est mouillée on remarque une diminution de l’adhérence entre la voiture et la route qui peut s’amplifier avec d’autres facteurs comme les pneus usés. À l’automne, il faut redoubler de vigilance puisqu’on observe les premières pluies après l’été qui rendent la chaussée glissante mais aussi la présence de feuilles qui − accompagnées de la pluie − engendrent une conduite difficile et glissante.

En plus d’une adhérence réduite, la pluie va avoir tendance à modifier la perception des distances entre véhicules.

Les bons réflexes : 
  • Réduire sa vitesse pour mieux appréhender le danger ;
  • Augmenter les distances de sécurité puisque la distance de freinage augmente ;
  • En cas de forte pluie : allumer les feux de croisement et de brouillard avant ;
  • Remplacer les essuie-glaces une fois par an.

Zoom sur l’aquaplaning :


Afin de s’entraîner à conduire dans de telles circonstances, il existe des stages de prévention où vos élèves pourront expérimenter une conduite sur chaussée mouillée afin de tester l’aquaplaning.

Comment appréhender la conduite en cas de neige ?

La neige est un élément important à prendre en compte, celle-ci peut s’avérer dangereuse pour la conduite. En cas de forte neige, il est conseillé de ne pas prendre la voiture et de repousser ses déplacements.

Les bons réflexes : 
  • Réduire la vitesse ;
  • Augmenter les distances de sécurité ;
  • Être visible par les autres usagers ;
  • Être bien équipé : pneumatique, liquide lave-glace spécial hiver, niveau d’huile et contrôle de la batterie.

En cas de verglas il faut s’équiper de pneus spéciaux adaptés au verglas et se méfier des ponts et des zones humides.

Comment appréhender la conduite en cas de brouillard ?

Le brouillard est considéré comme un facteur important à prendre en compte puisqu’il peut être présent tout au long de l’année souvent entre 4h et 10h. Le brouillard engendre 3 effets d’optique qui conduisent à l’accident :

  • L’extinction qui engendre une disparition visuelle de certains obstacles.
  • L’effet de halo qui entoure les sources lumineuses.
  • L’effet de voile qui atténue la netteté de l’obstacle (il devient flou).
Les bons réflexes : 
  • Rouler à une vitesse inférieure à 50km/h.
  • Allumer les feux de croisement et brouillard avant et arrière.
  • Ne pas dépasser.

Appréhender la conduite

Comment appréhender la conduite en cas de vent ?

Le vent n’est pas souvent pris en compte par les automobilistes or il est jugé responsable dans beaucoup d’accidents. La force du vent peut engendrer des écarts importants de conduite et générer l’accident. Dans certaines situations, le vent peut surprendre le conducteur comme :

  • à la sortie d’un tunnel ;
  • à la sortie d’un virage ;
  • lors d’un dépassement d’un poids lourd.

Afin de lutter contre le vent, il faut réduire sa vitesse afin de mieux appréhender la situation.

Partenaire

RÉPONDRE

Rédigez votre commentaire
Renseignez votre nom