Les organisations professionnelles reçues à Matignon le 14 février

2

La semaine qui vient de s’écouler a été riche en événements. Dans le prolongement de la manifestation nationale de lundi et de la remise du rapport parlementaire par la députée du Gard Françoise Dumas le lendemain, les représentants des organisations professionnelles étaient reçues hier matin à Matignon, par Monsieur Antoine Saintoyant (Conseiller économie, finances, industrie auprès du Premier Ministre).

Cette réunion a été l’occasion pour les représentant des organisations professionnelles de réaffirmer plusieurs points.

1) L’opposition à l’ubérisation, qui met en danger de nombreux établissements et qui est synonyme de précarité pour toute une profession, ainsi que du modèle de société ultra-libéral et déshumanisé qu’elle sous-tend.

2) La nécessité de faire respecter les décisions de justice et de la législation avec (1) la fermeture du « Permis Libre », en application de la décision du Tribunal administratif de Lyon du 20 novembre 2018, et (2) la mise en place de contrôles effectifs contre le travail au noir et en dehors du cadre des établissements d’enseignement de la conduite (moniteurs exerçant sur Le Bon Coin).

3) L’existence de solutions concrètes pour faire baisser le coût de la formation au permis de conduire avec (1) la baisse de la TVA à 5,5% pour rendre le permis de conduire plus abordable, (2) l’affectation des recettes issues des radars au budget de formation des Français, ou encore des dispositifs permettant d’accroître la lisibilité des aides dans lesquels les auto-écoles joueraient un rôle de guichet unique.

4) La « dangerosité » de certaines mesures proposées dans le rapport Dumas et la nécessité de les abandonner, en particulier (1) l’inscription de la portée nationale de l’agrément dans le code de la route et (2) la possibilité pour les élèves de pouvoir décider seuls de leur inscription à l’examen pratique.

Le communiqué publié par le CNPA à l’issue de la réunion précise que « cette réunion marque le début de la concertation que lancera le Gouvernement dès la semaine prochaine, et jusqu’à la fin du mois de mars, pour débattre avec les professionnels de l’éducation routière de la réforme du permis de conduire. Les modalités de la réforme du permis de conduire seront annoncées à la suite de cette concertation, au plus tard au début du mois d’avril » (à la fin du Grand Débat national). Ces réformes seront prises par décret et ne feront pas l’objet de vote par le Parlement.

Les organisations professionnelles s’impliqueront dans cette concertation, menée par le Délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, sous l’égide de Matignon et des ministères parties prenantes à cette réforme, et « veilleront à ce que les mesures qui seront actées à l’issue de ce processus soient favorables tant au pouvoir d’achat qu’à la qualité de l’éducation routière ». Elles souhaitent également que cette concertation mette en exergue l’importance des contrôles effectués au niveau départemental, et de faire respecter la réglementation.

Voir la vidéo publiée par l’UNIC à l’issue de la réunion à Matignon.
Partenaire

2 COMMENTS

  1. Cher tous,
    Lundi 11 Février vous allez voir à la télé que des milliers d’auto-école vont aller manifester à Paris
    Alors avant que les médias ne s’emparent de l’événement et ne transforment encore une fois la vérité, voici le pourquoi nous allons manifester :

    LE PERMIS EST TROP CHER ON EN A MARRE !!!

    Vous ne l’attendiez pas celle-là hein ?

    Pourtant, plus de 70% de ce que vous payez dans une auto-école est reversé à l’état en taxes, charges et impôts.

    Nous en avons marre que le gens pensent que les auto-écoles se font du fric sur leur dos alors que c’est l’état qui pompe tout !

    Depuis peu les auto-écoles en ligne se multiplient en cassant les prix grâce à l’utilisation d’auto-entrepreneurs alors que les auto-écoles dites « traditionnelles » doivent obligatoirement embaucher des salariés et payer les charges qui vont avec.
    L’URSSAF nous redresse dès qu’on utilise un auto-entrepreneur et eux prolifèrent grâce à ce système et en matraquant qu’ils sont moins cher que nous…

    NON MAIS OH !? On se fout de la gueule de qui là ???
    Moi je n’ai pas le droit et eux oui ?
    Encore cette France avec 2 lois, une pour les travailleurs et une pour les riches !

    Vous voulez la dernière ? Le plus drôle ? La crème de la crème ? La cerise sur le gâteau ? Le must du must ???

    Allé je vous ai assez fait patienter !

    NOUS les écoles de conduite de proximité, nous proposons à l’état le moyen et la solution de financer GRATUITEMENT le permis de conduire pour nos jeunes !
    � Mais qu’est-ce que j’ai écris là !?!? �
    Gratuit ! Oui j’ai bien écris GRATUIT !!!

    Et si on utilisait le CPF de papa et/ou de maman pour payer mon permis de conduire ???

    Connaissez-vous le CPF ? �
    C’est le compte personnel de formation
    Chaque personne qui travaille y a droit !
    Ce compte est alimenté en heures à la fin de chaque année. Il ne pourra excéder 150 heures de formation sur 8 ans (24 heures par an pendant les 5 premières années puis 12 heures par an pendant les 3 années suivantes) pour un travail à temps complet.

    Chaque heure de formation a une valeur unitaire de 15€.
    Faisons maintenant un petit calcul rapide : 15€ x 150H = 2250€
    2250€ de budget par parent pour payer le permis des enfants ! Soit plus que le prix moyen national qui est environ de 1700€
    Et en plus papa et maman remettent des heures de côté chaque année pour les prochains enfants !!!

    Notre proposition est donc simple !
    Pourquoi ne pas utiliser le compte CPF des parents pour financer le permis des enfants !?
    Qu’en pensez-vous ???

    En 2017 seuls 0,5% des salariés en France ont utilisés leur CPF ce qui nous fait un ratio de 4% sur ces 8 ans de cumul d’heures.
    96% d’entre nous cotisons tous les mois pour avoir droit à de la formation et ne l’utiliserons pas.

    Pkoi ne pourrait-on pas choisir que cet argent, qui nous a été prélevé sur notre salaire, nous soit re-distribué où nous en avons le plus besoin ?

    Voilà vous savez tout maintenant.
    Les auto-écoles de proximité vont dans la rue défendre une idée :
    L’idée que le permis est trop cher et qu’il existe des solutions de financement dont une qui nous paraît très pertinente.
    L’idée que demain quand je pousserai la porte de mon auto-école je ne regarderais pas la fiche des tarifs mais uniquement la qualité du service et le professionnalisme de mes interlocuteurs.
    L’idée que demain la formation au permis sera un plaisir et non une contrainte liée à cette foutu pression financière.

    A vos réseaux: #permisazeroeuro

    Norbert A.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here