Rendez-vous Permis : le fonctionnement enfin dévoilé!

10
Lundi, la DSR organisait à Nîmes une réunion à destination des auto-écoles « pilotes » en Occitanie. Cette réunion avait pour but de présenter les grandes lignes de la plateforme Rendez-vous Permis, dont l’expérimentation doit commencer début mars dans cinq départements, et durer jusqu’au mois d’octobre (8 mois, avec possibilité de prolonger de 4 mois). Si l’expérimentation se révèle concluante, Rendez-vous Permis pourrait être généralisé à l’ensemble du territoire en 2021. Benjamin Panis, gérant de l’Auto-école de la Cèze à Bessèges et délégué UNIC dans le Gard, était présent à la réunion. Nous partageons grâce à lui les informations recueillies sur place.

La désintermédiation voulue par le rapport Dumas

La plateforme Rendez-vous Permis trouve son origine dans la proposition n°19 du rapport Dumas (février 2019). Cette proposition suggérait de « désintermédier l’attribution des places de l’examen pratique en mettant en place un calendrier en ligne pour l’intégralité du territoire national, à l’instar de l’expérimentation en cours pour les candidats libres. »

Les objectifs affichés par la DSR avec la mise en place de cette plateforme sont multiples. Il s’agit officiellement de :

  1. Maîtriser les délais ;
  2. Augmenter les taux de réussite ;
  3. Accéder à une place nominative à l’examen pratique de conduite ;
  4. Rééquilibrer les droits entre l’auto-école et l’élève ;
  5. Renforcer le lien de confiance entre l’auto-école et l’élève.

Officieusement, d’autres objectifs sont poursuivis :

  1. Réduire le nombre de fonctionnaires affectés à la répartition des places d’examen ;
  2. Favoriser les « nouveaux entrants » (lire les auto-écoles en ligne) en leur donnant les mêmes droits que les autres auto-écoles sur les places d’examen.

Une plateforme ouverte et un fonctionnement simple

La future plateforme Rendez-vous Permis sera ouverte à tous (auto-écoles, élèves inscrits en auto-école, candidats libres), quel que soit son parcours de formation. Elle sera accessible aux écoles de conduite à l’adresse suivante La plateforme est accessible à l’adresse : pro.permisdeconduire.gouv.fr.


Connexion Rendez-vous PermisConnexion à Rendez-vous Permis

Les répartiteurs (BER) ouvriront les plannings d’examen au fil de l’eau sur les trois prochains mois. Les écoles de conduite pourront prendre leurs élèves sous mandat et les inscrire à l’examen pratique. Les élèves quand à eux pourront également s’inscrire et suivre les démarches que l’auto-école effectue en leur nom.

Fonctionnement Rendez-vous PermisLe fonctionnement de Rendez-vous Permis

La gestion des élèves sous mandat

Sur Rendez-vous Permis, les auto-écoles pourront gérer leurs élèves avec un système de « mandats ». Il s’agit d’une avancée réclamée et obtenue par les organisations professionnelles. Tout comme la possibilité d’obtenir des places d’examen groupées.

Pour pouvoir inscrire un candidat, l’auto-école devra déclarer son nom, NEPH et adresse email. Un email de confirmation sera envoyé à l’élève afin qu’il donne son accord et valide le mandat.

Inscription d'un élève Rendez-vous PermisInscription d’un élève

Sur son compte, l’élève pourra récupérer sa convocation à l’examen, être informé des délais en cas d’échec, d’annulation tardive ou de non présentation à l’examen. Il pourra également révoquer à tout moment le mandat donné à l’auto-école.

Révocation du mandat

La réservation des examens

Les auto-écoles disposeront d’une interface sur laquelle elles pourront réserver des sessions d’examen en les mettant dans leur « panier ». Ces sessions devront ensuite être attribuées à des candidats.

Panier réservation Rendez-vous PermisLa réservation d’une session.

Les conditions à avoir en mémoire lors de la réservation des examens seront les suivantes :

Conditions de réservation Rendez-vous PermisLes conditions de réservations

Par ailleurs, les auto-écoles ne pourront réserver une session à l’examen que si le candidat a validé son examen du code de la route (ou qu’il en est dispensé). Cela devrait permettre d’éviter certains cas de fraude (les plus grossières) qui jusqu’alors n’étaient découvertes qu’au moment de l’examen.

Des délais de représentation variables

Afin d’éviter au maximum que des places ne soient attribuées à des candidats dont le niveau serait insuffisant, un système de délais de représentation variables a été mis en place. Ce système concerne les candidats ayant déjà échoué au moins une fois à l’examen (B+).

Le délai de présentation à la suite d’un échec sera inversement proportionnel au nombre de points obtenus :

Nombre de points obtenusDélai pour pouvoir réserver une nouvelle place
Moins de 10 points45 jours
Entre 10 et 15 points30 jours
Entre 15 et 20 points20 jours
Entre 20 et 25 points10 jours
Supérieur à 25 pointsÀ réception du résultat (2 jours)

 

Si le principe est intéressant en soi, il pourrait assez facilement être utilisé pour allonger les délais en cas de pénurie temporaire d’inspecteur. Comme c’est déjà la cas actuellement avec les coefficients…

Lutte contre les faux candidats libres

La plateforme Rendez-vous Permis devrait permettre une autre avancée : la lutte contre les faux candidats libres. Les auto-écoles en ligne (Ornikar, En Voiture Simone et Le Permis Libre) ont détourné le principe du candidat libre en présentant leurs élèves sous ce statut. Si les mesures promises sont appliquées, cela devrait désormais être impossible.

Les candidats libres, qui pourront se créer un compte sur Rendez-vous Permis, devront déclarer un certain nombre d’informations au moment de la réservation de la place d’examen : le nom de l’accompagnateur et son numéro de permis de conduire. Ces informations seront vérifiées par l’inspecteur avant le début de l’épreuve.

Afin d’éviter le travail dissimulé et les faux « accompagnateurs bénévoles » mis à disposition par certaines sociétés de location de véhicules à double commande, il pourra être demandé au candidat de prouver son lien de parenté avec l’accompagnateur au moyen d’un document. En théorie, un même accompagnateur ne pourra donc pas accompagner plusieurs dizaines de candidats par an, comme c’est actuellement le cas.

Enfin, les véhicules utilisés par les candidats libres devraient faire l’objet de vérifications afin de s’assurer qu’elles n’appartiennent pas à une auto-école ou à un moniteur indépendant, travaillant pour une auto-école en ligne.

Premiers arrivés, premiers servis?

Le système actuel tel qu’il est prévu (ouvertures des sessions par les BER au fil de l’eau et réservation des places par les auto-écoles en continu) devrait favoriser les auto-écoles les plus réactives, celles qui disposent d’un grand nombre d’élèves et de moyens humains disponibles pour gérer ces places d’examen.

Il devrait également favoriser les auto-écoles en ligne qui pourront s’interfacer avec le système au moyen d’un API (interface de programmation permettant à deux systèmes informatiques de communiquer). Elles pourraient disposer d’un avantage non négligeable en réservant des places d’examen quelques secondes après l’ouverture des sessions, à condition toutefois d’avoir au préalable vérifié la disponibilité de leurs élèves.

L’API sera également ouverte aux éditeurs qui pourront proposer à leurs clients une passerelle vers leur logiciel de gestion.

Un manque de flexibilité

Pour Alain Martin, secrétaire national du CNPA Éducation Routière, le système – dans sa version actuelle – manque de flexibilité et certains paramètres doivent être revus. La durée de validité du panier (30 minutes) est extrêmement courte. De fait, il sera matériellement impossible pour les écoles de conduite de contacter 12 candidats, de valider leur disponibilité et de confirmer leur session en un temps si court. Pour lui, il serait préférable que ce délai soit allongé à 12 ou 24 heures.

Par ailleurs, il est important que le système soit accessible pour l’ensemble des structures, et notamment les plus petites. « Comment fera l’auto-école qui compte un ou deux enseignants et dont le bureau n’est ouvert que quelques heures par semaine? » Une solution envisageable serait d’envoyer des notifications aux auto-écoles (via une application dédiée), dès que des sessions sont créées ou à nouveau disponibles à la réservation.

Vers une totale transparence sur les taux de réussite

En mettant fin aux faux candidats libres, cette nouvelle plateforme devrait enfin permettre une transparence sur les taux de réussite de l’ensemble des auto-écoles en ligne. D’ici trois mois, les taux de réussite d’Ornikar, d’EVS et du Permis Libre seront connus pour les élèves présentés en Occitanie. Ces taux de réussite seront, à terme, affichés sur l’annuaire d’auto-écoles que le Ministère devrait sortir au mois de juin (ainsi que sur d’autres sites tels que vroomvroom.fr).

En Voiture Simone et Le Permis Libre, qui affichaient des taux de réussite plus que discutables sur leurs sites internet les ont récemment supprimés. Simple coïncidence? Probablement pas…

Partenaire

10 COMMENTS

  1. Quelle sacrée fausse bonne idée (pour ne pas dire bonne blague) que cette autre plateforme, lorsque l’on sait tous que la DSR et le ministère de l’intérieur ou le ministre chargé des Transports mettent l’accent sur leur (pseudo) volonté de garantir des qualités de formation à la sécurité routière. Au regard des exigences de conformité exigibles des opérateurs financeurs (France compétence, Carif Oref, OPCO, Pole Emploi, Caisse des dépôts et consignations…) d’obligations telles le Label de l’Etat, la Certif nationale prochaine obligatoire et le reste…..qui font crouler les centres de conduire sous la papasserie. Je ne peux que penser que toutes les contraintes imposées aux Auto Ecoles qui ont pignon sur rue et se battent en permanence pour la reconnaissance de leur métier “Exigeant et usant” et qui demande une réelle professionnalisation continue, soient ravis de cette décision d’imposer une plateforme supplémentaire sans queue ni tête.
    Le vent à tourné il y a 3 ans maintenant (Merci au gouvernement MACRON). Le plan est bien chiadé! Outre le fait de constater une volonté réelle et clairement annoncée, celle de vouloir diminuer le nombre de fonctionnaires dans les services (humains! jusqu’à lors…), c’est celle de vouloir tuer la profession des hommes de terrain pour qu’elle s’éteigne au profit des opportunistes lobbyistes, exploiteurs de jeunes développeurs, créateurs des plateformes de Code en ligne et de rendez-vous de leçons de conduite au coin de la rue (quelle blague), des personnalités proches, trop proches des politiques en place (tous savent de qui je parle), tous aussi assoiffés d’intérêts purement vils et sans scrupules aucuns, fumant leurs cigares (super BIO et ECO-RESPONSABLES),bradant ainsi la vie des plus jeunes conducteurs, mal formés (selon les stats annoncées et publiées sur le nombre de mort d’accident de la route) aux risques d’accidentalités dûs aux stupéfiants et distracteurs, parce que mal informés, mal encadrés dans leur formation par les développeurs starteppeurs (2.0 pointé!) . La réalité est que pour faire des économies sur les coûts de fonctionnement des services des Préfectures dédiés à la Sécurité Routière, les politiques et conseillers affairistes préfèrent surcharger de travail administratif les Centres de conduite (qu’ils tuent à grand feu) pour limiter leurs propres charges administratives, salariales, vocation de base afin de gagner en point de retraite tout en faisant plaisir à leur congénères nantis.
    A tous ces politiques devenus businessmans, chargés du transport et de sa réglementation, je dis BRAVO pour l’avancement dans leur stratège et leur souhaite d’apprécier pleinement leurs gains. A vous les indépendants, fédérez vous!!!! Réveillez vous!!!! Faites du bruit. Vous n’avez besoin ni de syndicats (car tous aussi de mèche avec cette politique) et ces politiciens fervents du “on marche sur la tête mais on en profite bien” .
    Il est peut être temps de les arrêter dans leur divagations pécuniaires sans limites. Il est toujours temps de dire STOP. Professionnels de la Sécurité Routière, formateur et enseignants, il est grand temps de stopper ce jeu de monopoly qui n’est rigolo et utile pour personne en finalité. SAUF aux vie qui seront perdues sur le route pour mal façon.

  2. oUI merci pour ce retour
    Les syndicats ont demandé une privatisation du permis. Excusez moi on s’est tiré une balle dans le pied. On nous a endormi en disant oui vous aurez plus de places. Amusez vous à compter en code de 140 candidats chaque semaine sur notre chef lieu on est passé à moins de 80 (multiplié 60 par 52 et jugez de la perte)
    Ensuite on nous a inventé un label qualité basé sur l’achat d’une assurance garantie fermeture : dites moi vous êtes bon mais vous fermez ya pas un paradoxe. On nous a dit oui il y aura la remise à niveau des encadrants (pas entendu une seule depuis la promulgation de la loi)
    Je milite pour une formation continue des encadrants, une visite décennale de tous les conducteurs, un passage du code à 14 ans pour les AM (rappelez-vous les AAC), un code valide 7 ans histoire de, et des aides déclarées mais pas validées. Mon simulateur est payé mais on nous avait promis un accompagnement ….ou est-il
    Oui il va y avoir du balayage d’ici peu car à ne pas avoir écouté certains en ont perdu la tête mais c’était il y a longtemps. La question reste de savoir si le prochain ministère saura nous gérer ….c’est pas gagné mais bon l’espérance fait vivre les imbéciles. Alors retraitons nous et vivons vieux
    Jean coach concepteur retraité CCR comme le groupe

  3. Nombre de points obtenus Délai pour pouvoir réserver une nouvelle place
    Moins de 10 points 45 jours
    Entre 10 et 15 points 30 jours
    Entre 15 et 20 points 20 jours
    Entre 20 et 25 points 10 jours
    Supérieur à 25 points À réception du résultat (2 jours)

    Y a que moi que ça choque ??? c’est quoi ce tableau de n’importe quoi ? un élève à son permis à 20 points et on lui dit tu peux le repasser 10 jours plus tard 😀 défois que tu en veuilles deux 😀

  4. non 20points mais faute éliminatoire je suppose.
    La volonté de couler les petites “auto-école” est claire, ainsi que favoriser les plates-formes.
    ils n’ont que des propos fallacieux et nos syndicats acceptent ! Avenir bien sombre.

  5. Un élève peut avoir le nombre de points nécessaires pour avoir le permis mais malheureusement faire une erreur éliminatoire…
    Dans ce cas, il est donc obligé de repasser son examen…

  6. Bonjour,

    Je trouve cet article bien rédigé et très bien orienté surtout .
    Je m’appelle Mehdi et je suis un Moniteur indépendant travaillant avec plusieurs plateformes en ligne .
    Mes Élèves ont le permis, je gère mon emploi du temps, j’ai un vehicule personnel, un salaire convenable, une mutuelle et complémentaire retraite .
    Oui oui, vous avez bien lu …je vous laisse relire!
    La vérité sur ce secteur est que beaucoup d’auto écoles classiques et syndicats mentent en permanence aux grands publics .
    ( simulateur, rémunération des enseignants,
    turn over 3/6/9 … niveau requis des enseignants , brefs… )
    Les Auto-écoles en lignes apprennent vite et corrigent leurs points faibles assez rapidement car tout n’est pas rose bien évidemment .
    D’ailleurs beaucoup trop de démagogie existe sur les plateformes en ligne et les moniteurs indépendants .
    Dois-je d’ailleurs vous fournir ma carte professionnelle ?
    Pourrions-nous avoir un droit de réponse ?
    Entendre une version c’est bien mais entrendre la deuxième version serait Également intéressante ?
    Je vous invite à débattre par le biai d’un interview sur un média . Point par point .
    J’attends l’invitation de Permismag par exemple?
    Debattre entre soi et un concept de la démocratie qui est assez particulier je trouve .
    Les Élèves , candidats , parents d’élèves méritent qu’on éclaircissent de nombreux points une bonne fois pour toute .

    Bien cordialement .

    Mci / Moniteur conduite indépendant

    Mehdi

  7. bONJOUR
    Oui j’aimerai bien débattre avec des indépendants car il y a des paradoxes dans le discours De dire je travaille avec plusieurs plateformes et ce que j’entends en diagonale “mes élèves réussissent” j’ai du mal à comprendre le MES.
    Oui il y a dans les AE traditionnelles des manques, quelquefois des tricheries mais c’est rien au regard de la publicité honteuse où on nous parle de 90 % de réussite au code.
    Les seuls indépendants que j’ai connu sur le département travaillaient avec des ae trad nous n’avons pas de plateforme dans le 974 et ont déchanté du fait que “on ne prend pas un apprenant du début à la fin” et surtout des périodes de disette hors vacances scolaires
    Pour revenir au débat de la dématérialisation du lien examiné / auto-école il y aura plus de perdants que de gagnants. Les candidats qui prendront la décision de “passer” pour “passer” vont être pour l’Etat une source réelle de perte de temps de ses fonctionnaires. La liberté de se passer de l’avis d’un encadrant va générer de l’échec et donc en quelque-part des places en moins.
    Nous dans notre entreprise on rend des places une fois par mois. Avec un taux supérieur à 60% on est très bien servi par la DEAL. Maintenant j’ai tellement vu de réformes qu’une de plus fera qu’on s’adaptera comme on l’a fait pour le code où on est passé de 71% en 2019 à 81% en ce début d’année (application smartphone aidant). Car je ne suis pas contre la nouveauté mais souvent les vieilles soupières font les bonnes soupes (on continue d’utiliser le test écrit dans notre formation code à coté de notre version androïde)
    J’attends le débat
    Jean LAMONERIE ccr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here