[REVUE DE PRESSE] L’actualité de la semaine du 3 septembre

1
Ces derniers jours ont été riches en annonces: lancement d’une mission parlementaire sur l’éducation routière, la réforme du permis moto et la privatisation de l’examen B qui « serait » envisagée à très court terme (1er janvier 2019). Si vous n’avez pas eu le temps de suivre, nous vous avons préparé une revue de presse. Bonne lecture!

Une mission parlementaire sur l’éducation routière

Le 30 août, le Ministère de l’Intérieur annonçait sur Twitter le lancement d’une mission parlementaire sur l’éducation routière. Son objectif sera de « formuler des propositions permettant de garantir, dans le temps et en tout point du territoire, une formation de qualité au permis de conduire, tout en assurant son accessibilité et celle des examens en termes de délais et de prix. La réflexion visera également à consolider le secteur économique de l’éducation routière et à définir des modalités de contrôle adaptées à l’ensemble de la profession. Elle proposera, le cas échéant, des évolutions législatives et réglementaires et, d’une manière générale, toute mesure permettant d’assurer la qualité de la formation des conducteurs et l’accessibilité du permis de conduire. » Le communiqué en intégralité est reproduit dans le tweet ci-dessous.

Vers une réforme du permis moto en 2019

La semaine passée, Permis Pratique publiait un article faisant état des différentes pistes de réflexion autour d’une réforme du permis moto en 2019: la mise en place d’un code moto E.T.M (Epreuve Théorique Moto), l’épreuve en circulation serait rallongée à 40-45 minutes (contre 30 actuellement) alors que l’épreuve du plateau serait, elle, raccourcie. Enfin, un nouveau système de notation pour l’épreuve hors-circulation pourrait voir le jour. Pour plus de détails, l’article de Permis Pratique.

La privatisation de l’examen B au 1er janvier 2019?

Le sujet est sur la table depuis des mois, avec ses défenseurs et ses détracteurs. La semaine dernière la magasine Auto Plus publiait une enquête avec des éléments tendant à montrer que la privatisation pourrait être mise en place dès le début de l’année prochaine. L’objectif pour l’État serait de réaliser des économies budgétaires (dans le cadre du plan Action Publique 2022), et la Sécurité routière travaillerait sur une évolution de l’examen pratique avec, notamment, deux candidats à bord, ou avec l’examinateur assis à l’arrière pour mieux évaluer le candidat. Une mise en place dans des délais si courts et alors que la mission parlementaire vient d’être annoncée semble néanmoins difficile à croire… L’intégralité de l’article d’Auto Plus ici.

DAVANTAGES

1 COMMENT

  1. Qui n avance pas recule alors passons la MA mais bon on casse et ensuite o s apprrcoit que ca va pas de l avant
    2016 A2 or que tout le monde demande des retours en formations post permis
    2019 on valide en qqpart l echec de cette decision
    Permis mojns cher plus rapide moins cher perdu pour les GO1 et GO2 et ne parlons pas des resultats du code privatisé …en local ce qui est dit c est un nb de passages en dehors de ce qu on aurait du attendre avec l adequation code REMC
    Donc on attend et on s adaptera mais comme dirait Hugues qui était au frais Mon Dieu que c est long pour faire un permis
    Du courage aux actifs de l auto ecole
    Jean coach concepteur retraite

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here