Code de la Route : le taux de réussite en chute libre

Lundi nous annoncions que la réforme l’examen du code de la route était entrée en vigueur depuis le 2 mai. Aujourd’hui, toujours sur le même sujet, nous annonçons une mauvaise nouvelle, les taux de réussite ont chuté de 70% à 16,7% seulement sur la journée de lundi.

En effet, la journée de lundi, a été catastrophique ! l Avec une telle baisse des résultats positifs, c’est quatre fois moins de lauréats que d’habitude. Concrètement, c’est seulement un candidat sur six qui a eu son code.

Emanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, a annoncé à l’AFP qu’« Hier, 3.300 personnes ont passé l’examen, contre 6.000 normalement par jour. Le taux de réussite a été de 16,7 %, quand le taux de réussite annuel est aux alentours de 70 % ». « Les choses vont se réguler. D’ici quinze jours, cela sera en partie redressé, on ne fait pas une réforme sans des moments d’ajustement », insiste Barbe. « Nous sommes en train d’analyser les questions qui ont donné du mal, on va les retirer momentanément, éventuellement les reformuler »

Les premiers candidats à l’examen du Code de la Route ont donc fait les frais d’une réforme prématurée et d’une formation aux nouvelles questions incomplète ! Les auto-écoles n’ont pas eu suffisamment de temps pour préparer les élèves et la preuve est dans les résultats catastrophique de ces premiers examens.


Selon le délégué ministériel, « beaucoup de gens étaient à 30 bonnes réponses, il ne leur en manquait donc que cinq pour réussir ». Il incite les auto-écoles à « prendre leur temps pour présenter leurs candidats ». Pas de quoi aider les auto-écoles à faire face à un marché en difficulté.

Comme nous en avions parlé précédemment, la banque de question a été totalement revue et modifiée avec des questions de bon sens, des questions sécuritaires mais aussi plus étrangement, des questions qui ressemble plus à des tests de personnalité, comme « Quelles sont les raisons de l’attachement des conducteurs à la voiture » (a. Liberté de déplacement, b. Faible coût d’utilisation de la voiture, c. Intimité, d. Autonomie).

On peut clairement se demander où cette réforme veut en venir ? En quoi ce type de questions peuvent influer sur l’obtention du sésame ? Qu’en pensez-vous ? 

Partenaire

1 COMMENTAIRE

  1. Complément débile les nouvelles questions je demande la démission de barbe responsable de cette faillite
    Quel est l intérêt du gouvernement de rendre plus difficile le code avec des questions concernant l’équipement d une voiture ?
    N’oublions pas que la population des gens qui passent le code sont des gamins de 15 ans à 20 ans et tous n’ont pas fait L ena

RÉPONDRE

Rédigez votre commentaire
Renseignez votre nom