Ils sont arrivés! Après neuf mois d’attente, le Ministère de l’Intérieur a finalement diffusé les taux de réussite des auto-écoles. Les données et statistiques des quelques 13 000 établissements d’enseignement de la conduite sont riches d’enseignement. Ils seront mis en lignes dans les jours qui viennent sur VroomVroom.fr [NDLR: PermisMag est édité par VroomVroom.fr]. Impatients, nous y avons déjà jeté un coup d’œil et nous vous livrons nos premières impressions!

 

Disparition des statistiques pour l’ETG

Externalisation des examens de code oblige, l’une des grandes nouveautés en ce qui concerne les taux de réussite 2016 est la disparition des statistiques concernant le code de la route.

 

Face à la multiplicité des pratiques, certaines auto-écoles continuent à faire les démarches pour le compte des élèves et encaissent les frais de présentation de 30€, alors que d’autres préfèrent laisser les élèves s’inscrire en toute indépendance, le Ministère a probablement choisi la bonne option. Affecter des taux de réussite à certains établissements et pas à d’autres auraient été incompréhensible pour le grand public!

 

Un taux de réussite à l’examen B globalement en hausse

Le taux de réussite moyen, toutes présentations confondues, est de 57,8% en 2016. Ce taux est en hausse par rapport aux années précédentes. Il masque néanmoins de fortes disparités entre centres d’examen. Les auto-écoles situées dans des grandes agglomérations ont généralement des taux de réussite moins élevés que celles situées dans des villes plus petites.

 

Ainsi, le taux de réussite moyen à Paris s’élève à 48,7% sur l’année 2016, il est de 53% à Marseille, de 51% à Lille et 46% à Bordeaux… et seulement 44% à Lyon.  Les établissements situés à Mont-de-Marsan (64%), Tours (63%), Vienne (62%) ou Blois (61%) bénéficient, eux, de taux supérieurs à la moyenne nationale.

 

Les auto-écoles en ligne: vers une sortie de route?

Sans revenir sur la signification et la pertinence des taux de réussite (dont nous avons déjà parlé ici, ici et ici), nous avons souhaité nous pencher sur les taux de réussite des auto-écoles en ligne.

 

En effet, nombre d’entre elles ont reçu un agrément fin 2015 ou dans le courant de l’année 2016 et il s’agit donc des premières statistiques dont nous disposons. Alors, la liberté, la simplicité et les prix cassés vantés sur leurs sites internet riment-ils avec réussite à l’examen et formation de qualité? Notre analyse.

 

Tout d’abord, il est bon de rappeler que les modèles retenus par ces acteurs varient: si auto-ecole.net et PermiGo ont choisi d’ouvrir des agences physiques, En Voiture Simone et Ornikar se contentent toujours d’exercer avec un seul agrément au niveau national. Par ailleurs, le modèle économique de ces auto-écoles repose sur le candidat libre et non sur la présentation de candidats sur leur agrément. Ceci étant dit, nous n’avons pas de raison de penser que les candidats présenter sur leur agrément sont meilleurs/mieux formés (ou moins bons/moins bien formés) que les élèves présentés en candidats libres.

 

Ornikar, qui se vante sur son site internet d’être la première auto-école en ligne de France avec plus de 100 000 inscrits et d’un taux de réussite de 90% au code de la route, dispose d’un agrément à Nantes depuis 2016. L’auto-école a fait passer, sur cet agrément, 25 candidats pour un taux de réussite de……. 28%!

 

PermiGo, dont les déboires financiers ont fait les gros titre cette année, s’en sort un petit peu mieux. La start up lyonnaise a présenté quelques 977 élèves sur ses 14 agences en 2016. Sur le 8 agences conservées à l’issue du plan de cession, le taux de réussite moyen est de 48%, soit 10 points de moins que la moyenne nationale.

 

Auto-ecole.net, qui a adopté depuis le début la même stratégie « phy-gitale » (mêlant agences physique et présence sur internet), a présenté 1122 élèves en 2016 sur ses différents agréments, pour un taux de réussite de 48% également.

 

En Voiture Simone, n’a pas présenté de candidat en 2016 sur son agrément.

 

Il semble donc que les chiffres officiels diffèrent quelques peu (c’est un euphémisme) de la communication officielle de ces « auto-écoles 2.0 »… qui préfèrent désormais mettre en avant leur taux de réussite à l’examen du code supérieurs à 90%, taux bien évidemment invérifiables.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here