Ornikar, nouvelle start-up d’État?

3
Mise à jour du 22 juillet 2019, à 15h. Certaines informations contenues dans cet article se sont révélées fausses. Pour connaître les derniers éléments en notre possession, vous pouvez consulter l’article Ornikar et les millions manquants.

La plateforme de mise en relation entre élèves et moniteurs indépendants a annoncé vendredi dernier une troisième levée de fonds de 35 millions d’euros, réalisée auprès d’Idinvest Partners, de Brighteye Ventures et de Bpifrance, et a précisé ses ambitions pour les années à venir. Ce financement, par de l’argent public, pose un certain nombre de questions.

Bpifrance, actionnaire de référence

La prise de participation réalisée par la banque publique d’investissement (détenue à 50% par l’État français et à 50% par la Caisse des Dépôts et consignations) s’est par l’intermédiaire de son fond Large Venture.

Si les trois fonds d’investissement ont contribué à la même hauteur lors de cette Serie-B (nom donné au troisième tour de financement des start-up, après l’amorçage et la Serie-A, NDLR), ce sont donc entre 10 et 15 millions d’euros d’argent public qui ont été investis par Bpifrance dans Ornikar.

Sur son site internet, Bpifrance décrit les objectifs de ce fonds :

Capture d’écran du site de Bpifrance

Cet investissement pose de nombreuses questions. Les services de l’État qui, jusqu’alors, promettaient de s’en tenir à une stricte neutralité et se défendaient de favoriser le modèle des auto-écoles en ligne (au détriment des auto-écoles de proximité), pourront-il garder cette posture plus longtemps? Alors même que des représentants de Bpifrance siégeront aux organes de direction d’Ornikar.

La décision des juges, appelés à statuer sur la portée départementale ou nationale de l’agrément, ne risque-t-elle pas d’être influencée?

Les préfets, représentants de l’État en région, ne risque-t-il pas d’hésiter à ordonner des contrôles (pouvant potentiellement déboucher sur des sanctions) dès lors que l’État possède un intérêt financier dans Ornikar?

Une levée de fonds d’un tel montant ne s’improvise pas. Elle nécessite plusieurs mois de travail. Aussi, l’investissement de Bpifrance donne à réfléchir et éclaire d’un jour nouveau l’actualité de ces derniers mois. Le rapport Dumas, tout d’abord, dont certaines mesures sont particulièrement favorables aux auto-écoles en ligne (nous vous en parlions dans cet article). La mise en place de Candilib ensuite qui vise, comme son nom l’indique, à généraliser le faux candidat « libre ». Si Ornikar n’est pas derrière la mise en place de la plateforme Candilib à proprement parlé, ses équipes techniques ont été discrètement consultées au cours de réunions de travail au Ministère de l’Intérieur.

Une entreprise désormais rentable

Cette levée de fonds est l’occasion pour Ornikar de faire passer plusieurs messages forts :

  1. l’entreprise aurait été rentable en 2018. C’est possible mais invérifiable à l’heure qu’il est étant donné que l’entreprise n’a pas publié ses comptes 2018 (son exercice fiscal se termine au 31 mars) ;
  2. cette levée de fonds va servir à l’entreprise à proposer de nouveaux produits à ses élèves à l’issue de leur formation (assurance automobile et ventes / location de véhicules). Elle utilisera pour cela les données collectées sur ses élèves tout au long de leur formation ;
  3. Ornikar compte utiliser ces fonds pour se lancer dans de nouveaux pays, en Allemagne et en Espagne notamment où l’entreprise est présente (sous le nom d’Odokar et d’Obikar) mais où son activité semble très réduite. L’entreprise ne possédant pas, dans ces pays, des puissants soutiens politiques qu’elle a en France.

La vidéo complète de l’interview de Benjamin Gaignault :

Des chiffres qui posent toujours question

Ornikar a un problème avec les chiffres, cela fait un moment que nous le disons! Taux de réussite, tarifs, nombre d’inscrits… la start-up communique des chiffres complètement décorrélés de la réalité.

Le plus étonnant dans tout ça est que les médias grand public semblent reprendre les communiqués de presse, tels quels, sans jamais s’interroger sur la véracité des chiffres avancés. Ainsi, Challenges écrit dans son article qu’« en 2019, [l’entreprise] a raflé plus d’un tiers du marché de l’apprentissage de la conduite. Elle prévoit d’accueillir 350.000 jeunes conducteurs – contre 200.000 en 2018 – sur un marché total d’un million de candidats au permis ». La Tribune indique, elle, « plus de 1,5 million de personnes, surtout des jeunes de moins de 25 ans, se sont présentés à l’examen de passage du permis de conduire en 2018 en France. Parmi eux, 350.000 avaient pris des cours via la plateforme Ornikar ».

Ces chiffres mélangent utilisateurs et clients. Ils assimilent l’achat d’un code en ligne à une formation complète (code et conduite). Si Ornikar formait vraiment un conducteur sur trois en France, alors son chiffre d’affaires serait compris entre 350 et 400 millions d’euros… et non pas 10-20 millions comme annoncé pour 2018, ou 35 millions comme prévu pour 2019.

Pour avoir des chiffres plus crédibles, il faut se tourner vers la presse spécialisée anglo-saxonne, notamment le site TechCrunch qui écrit : « Every month, 30,000 people sign up to Ornikar in France. The startup manages 70,000 hours of lessons per month on its marketplace. » (en français: Chaque mois, 30 000 personnes se créent un compte sur Ornikar en France. La start-up dispense 70 000 heures par mois sur sa plateforme).

Si 360 000 personnes se créent un compte sur Ornikar, cela ne veut pas dire que ces personnes sont toutes clientes. Et, parmi ceux qui le sont effectivement, une grande partie ne va pas au bout de sa formation sur la plateforme et finit par aller s’inscrire en auto-école.

Quant aux 70 000 leçons dispensées par mois, elles correspondent à 2 300 élèves par mois effectuant 30 heures de conduite, soit 28 000 candidats par an (2,5% du nombre de candidats)! Nous sommes encore bien loin des 350 000…! Le vrai problème d’Ornikar, c’est son incapacité à convaincre les élèves d’effectuer leur formation pratique sur la plateforme. Malgré les campagnes marketing intensives, ces derniers continuent à préférer l’apprentissage au sein des auto-écoles de proximité.

Que disent les chiffres?

Si les chiffres parus dans la presse sont exacts, cela signifie que :

  1. Ornikar ne parvient pas à remplir les plannings de ses enseignants, tout juste un gros mi-temps. 70 000 leçons dispensées par mois, pour 700 enseignants = 100 heures par enseignant / mois. Les promesses de salaires faites aux enseignants sont donc fausses (relire notre article Moniteur d’auto-école en ligne : la précarité comme seul horizon)
  2. Un panier moyen plutôt faible. Ornikar vise les 350 000 clients sur 2019 et, dans le même temps, un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros. Cela représente un panier moyen de 100€ / élève et conforte l’hypothèse que seul un faible pourcentage d’élèves passent par Ornikar pour leur formation pratique.
Partenaire

3 COMMENTS

  1. Excellent.
    En regard de la couverture médiatique et de la zone de chalandise, le résultat est somme toute assez maigre. La croissance risque de plafonner rapidement car le vivier d’élèves concernés par l’offre Ornikar n’est pas inépuisable, tout comme le nombre d’enseignants disposés à passer sous leur coupe Viendra ensuite le temps où les artifices de communication ne suffiront plus à couvrir le bouche à oreille, d’où les velléités de développement à l’étranger et dans d’autres secteurs d’activités.

  2. En dehors des chiffres, la réalité nous est livrée par les élèves qui reviennent vers les auto-écoles traditionnelles.
    La semaine dernière : j’ Préféré revenir car en 4 leçons j’ai eu 4 moniteurs différents et 4 véhicules différents, je comprenais rien !!!
    Vendre des heures, je n’appelle pas ça être une auto-école.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here